• Marc-André Pauzé

Une traître vague

Mis à jour : août 29


27 août - Nous avons repris le large, tôt ce matin. Nous affrontons une longue houle berçant intensément le navire. En soirée, la lune s'élève au-dessus d'un banc de brouillard épais qui se dresse devant nous et s'accroche sur un ciel aux teintes rose garance.


Je reste à la baie vitrée de la timonerie, à observer la dynamique des vagues. Soudain, en traversant le banc de brouillard, nous émergeons comme si on avait défoncé un mur. Devant nous apparaît l'immensité de la mer sous un ciel crépusculaire. Je me sens envahi d'une onde de bonheur. Un moment de pure félicité.


Nous continuons de nous faire brasser. Le navire négocie la longue houle pour la franchir en la coupant par son étrave mais des vagues transverses nous font ballotter. Ça tangue et ça roule mais nous gardons un cap pour éviter d'avoir les unes ou les autres complètement sur le travers.


Au bout d'un moment je me retire dans ma cabine et à 23 heures j'éteins tout....


23h40. Je me fais réveiller par un roulis d'une rare intensité comparé à ce que nous essuyons depuis le début de la soirée. Une vague imprévue a surgi de la nuit pour frapper le navire sur le travers avec violence, le faisant gîter de 20 à 25 degré. La fermeture de ma penderie cède et la porte renverse un fauteuil. Je me lève en vitesse pour contrôler ça et refermer la penderie quand le retour de roulis me surprend en déséquilibre. Je me ramasse cul-par-dessus-tête au fond de la cabine. Heureusement je semble avoir la tête plus dure que les murs. À entendre ce qui se passe autour, je ne suis pas le seul qui s'est fait surprendre. Quelqu'un ramasse de la vaisselle en morceaux, pas très loin.


Le reste de la nuit est plus tranquille mais le sommeil tarde à venir.


De tout temps, les marins ont décrit l'apparition soudaine de vagues géantes n'ayant aucun rapport avec la houle environnante. Les scientifiques ont longtemps été septiques, reléguant ce phénomène au rang des légendes de vieux marins en mal d'attention. Toutefois, depuis qu'une plateforme de forage a enregistré une vague de 25.6 mètres en 1995, la science prend très au sérieux cette menace qui serait la cause de plusieurs disparitions en mer. Maintenant filmées, ces vagues scélérates sont étudiées et mesurées pour tenter de mieux comprendre leur formation. Pendant l'ouragan Dorian, l'an passé, une bouée océanique a enregistré une vague de 30 mètres (100 pieds), soit la hauteur d'un immeuble de huit étages. Une vague scélérate est par définition, une vague qui a deux fois la hauteur de la moyenne des vagues environnantes.


Est-ce une vague scélérate qui nous a frappés? Bien qu'il soit possible qu'elle ait été deux fois plus haute que les vagues environnantes, elle n'était surement pas dans la catégorie des 15 mètres et plus mais ça a cogné dure en "p'tit jésus de plâtre", comme le dirait un vieux marin de la Gaspésie.

~~~~~


Vous appréciez ces petits billets de l'expédition AMUNDSEN SCIENCE / NGCC AMUNDSEN?

Tous les billets de la série se retrouvent ici. Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre "Carnets de terrain" (si vous recevez déjà une notification par courriel des publications du blogue, c'est que vous êtes déjà inscrits).

En cliquant sur Inscription, dans le menu en haut de la page, vous pourrez vous inscrire aux "Carnets de terrain". Vous recevrez périodiquement par courriel des nouvelles de l'atelier, des mises à jour sur mes projets et des exemples de ce sur quoi j'aurai travaillé dans le mois.

~~~~~

Textes, dessins et Photos © Marc-André Pauzé – tous droits réservés

Marc-André Pauzé | Dessinateur-voyageur | Photographe | Auteur | info@marcpauze.net
  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon