• Marc-André Pauzé

Les secrets de la mer


Station de carottage en Arctique (2019)

(For a Google translation in English)

Il fait grand beau. Une légère houle nous berce. Je regarde les éclats du soleil qui jette des milliers d’étoiles sur la surface lisse de la mer et mon plaisir est renouvelé, peut-être parce qu'on savoure le moment présent. Le sillage du navire est effacé au bout de quelques minutes. La surface de la mer est un voile qui ne garde rien. Par contre le plancher océanique a encore beaucoup à raconter.


Nous passons plusieurs jours dans une zone située à un peu plus de 200 miles marins au Nord-Est de St-Jean de Terre-Neuve, sur les pentes du plateau continental menant au fond de l'océan Atlantique.

"Les stations d’échantillonnage sont situées dans le bassin Orphan à l’intérieur de la zone économique exclusive du Canada pour permettre une meilleure compréhension du potentiel des ressources extracôtières et géologiques de la région." (Amundsen Science)

Vladimir Kostylev, chef de la mission scientifique

"Il y a une zone des pentes du plateau continental qui n'a pas encore été étudié. C'est là que nous concentrerons nos activités au cours des prochains jours" de m'expliquer le chef de la mission scientifique, Vladimir Kostylev, scientifique interdisciplinaire des sciences de la Terre à Ressources naturelles Canada, de l'Institut océanographique de Bedford (BIO).


"L'objectif est de connaître la composition géologique des pentes du plateau continental et d'essayer de comprendre comment elles ont évolué au cours du temps."


Pour se faire, l'équipe du Dr Kostylev utilise le carottage. Il s'agit de descendre un tuyau contenant une gaine transparente jusqu'à ce qu'il s'enfonce dans la couche de sédiment du fond. Une fois remonté, le cylindre transparent est coupé en sections bien identifiées pour être étudiées plus tard.



"Avec le carottage à piston, nous pouvons remonter 10 000 ans, voire 20 000 ans si on est très chanceux" d'ajouter le Dr Kostylev. "Avec ces données sur la composition du sol et son évolution dans le passé, nous espérons être en mesure de mieux prévoir comment il réagira dans l'avenir ainsi que l'impact qu'auraient d'éventuels opérations de drillages d'hydrocarbures dans la région."


En plus de l'étude géologique du fond marin, nous allons cartographier avec plus de précision la zone et amasser des données sur la flore et la faune du fond marin, à l'aide de caméras.


La mer efface la trace et se renouvelle à chaque instant, comme le miracle d'une genèse éternelle. Elle efface de sa surface mais elle garde. Elle garde même une partie de nous et de l'émotion que l'on a vécu ou ce que l’on a ressenti. C'est probablement ce qui explique que je revive la même joie, les mêmes moments de grâce. La mer efface après nous avoir enveloppé et elle nous garde en son sein, comme les secrets du passé que nous cherchons. Pour ma part, en y revenant, je la redécouvre et me redécouvre aussi.


~~~~~


Vous appréciez ces petits billets de l'expédition AMUNDSEN SCIENCE / NGCC AMUNDSEN?

Tous les billets de la série se retrouvent ici. Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre "Carnets de terrain" (si vous recevez déjà une notification par courriel des publications du blogue, c'est que vous êtes déjà inscrits).


Ainsi vous serez éventuellement avisés de l'évolution d'un nouveau projet sur lequel je travaille avec Martine Lizotte, une amie océanographe. Ce projet nous tiendra occupés une bonne partie de l'année à venir. Il est encore trop tôt pour le présenter mais dites-vous que ce que vous voyez ici n'est qu'un très très petit aperçu du résultat final. Plus d'informations à venir dans les mois à venir, dans les Carnets de terrain.


~~~~~

Textes, dessins et Photos © Marc-André Pauzé – tous droits réservés.





Marc-André Pauzé | Dessinateur-voyageur | Photographe | Auteur | info@marcpauze.net
  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon