Un artiste dans le passage du Nord-Ouest


*Click herefor the English version of the blog.


Septembre 2021 - L'Amundsen est sur le point de terminer une autre traversée du passage du Nord-Ouest, en route pour sa mission scientifique dans la mer de Beaufort. Dans trois semaines, je serai de retour à bord pour effectuer un autre transit dans le célèbre passage et ramener le navire à Québec. Bon, est-il besoin de préciser que ce n'est pas vraiment moi qui serai chargé de ramener le navire, ayant un rôle plus effacé dans la mission ?


J'ai pensé republier le récit de mes différents passage dans le détroit de Bellot, un étroit corridor faisant partie du PNO ... et de mon histoire personnelle. À la fin du billet, il y a le film que nous avons réalisé en octobre 2020. Bonne lecture et visionnement!


12 octobre 2020 —J’ai 60 ans. Nous sommes dans l’approche qui nous mènera à l’embouchure Est du détroit de Bellot. Éclairée par trois puissants faisceaux de lumière pourfendant la nuit, le navire se fraie un chemin au travers d'une lisière de glace. Elle bloque l’entrée de l’étroit passage. Ce petit détroit perdu dans l’archipel du Haut-Arctique canadien, revêt pour moi une signification particulière.

Été 1975 — J’ai 15 ans. Les cartes de l’Amérique sont déployées sur le plancher du salon. Mon ami Michel et moi les analysons à la loupe. Nous rêvons d’une grande aventure : traverser les Amériques, du nord au sud, à pied. Pour réaliser ce périple, il nous faudrait partir de la pointe la plus au nord de l’Amérique continentale. Après une heure de recherche, nous trouvons que cet endroit se situe en Arctique, sur la berge sud d’un très étroit passage qui sépare l’île Somerset de la péninsule de Boothia et du reste du continent américain. Ce projet a alimenté nos conversations jusqu’à ce que je parte pour l’armée et que Michel entâmes son parcours académique qui l’a mené vers un doctorat en physiologie humaine. Nous n’avons jamais fait notre expédition… qui n’a d’ailleurs jamais été réalisée par personne.

Août 2017 — J’ai 57 ans. Le NGCC Amundsen remontait du Golfe de la Reine Maud, dans le passage du Nord-Ouest, pour se diriger vers le détroit de Bellot, un étroit passage qui sépare l’île de Somerset de la péninsule de Boothia et du reste du continent américain…

Un peu avant d’y arriver, le capitaine Lafrance, commandant de l’Amundsen, entra dans ma cabine en coup de vent. Prenant un air faussement dramatique, il me donna une mission en retenant visiblement un fou rire : je devais partir en hélico et me rendre avec un petit groupe, sur un promontoire rocheux surplombant le détroit afin d’y déposer un message sous un cairn de roches. Après, mon ordre de mission indiquait de nous rendre à Zénith Point, sur la berge de la péninsule de Boothia pour une photo à remettre à la Garde côtière à l'occasion du 150e anniversaire du Canada. Ce site est la pointe extrême nord de l’Amérique continentale.

Le commandant Lafrance et moi sur le pont d'envol de l'Amundsen. photo: Alice Li - Washington Post (2017).

Un peu avant midi, le navire pénétrait dans l’étroit passage sous un brouillard donnant à la scène un air chargé de mystère, mais néanmoins empreint de sérénité. L’expédition de 6 semaines tirait à sa fin, mais quelques minutes plus tard je foulai le sol à un endroit que deux jeunes aventuriers en herbe de 15 ans regardaient rêveusement sur une carte déployée sur le plancher du salon, 42 ans plus tôt.

12 octobre 2020 - J’ai 60 ans. Je regarde défiler Zénith Point sur bâbord, puis nous passons sous le promontoire rocheux où un message écrit à la main est caché dans un tube de métal, sous un cairn de roches. Le navire continue sa course en se glissant entre deux falaises de roc pour émerger dans le détroit de Franklin.

Le détroit de Bellot est un endroit aux confins de la terre, un passage délicat, irrigué par de forts courants marins et où très peu de navires passent. Mais c’est surtout le site de jonction entre un rêve de jeunesse, deux de mes amis et moi. L’un de ces amis est parrain de ma fille et l’autre est un commandant de brise-glace, maintenant à la retraite. Un site que deux ti-culs ont rêvé d’arpenter et où une amitié naissante a permis que j’en fasse les premiers pas.

Photo de gauche (2017): le navire dans le détroit avec Zénith Point derrière. Photo de droite (2017): notre petit groupe pour la photo sur Zénith Point.


17 octobre 2020 - L'hiver s'installe rapidement dans le Haut-Arctique et il ne faut pas tarder à revenir vers Québec. Nous devons repasser par le détroit de Bellot et faire la route inverse pour revenir.


Le Canadien d'origine norvégienne Henry Larsen fut la première personne à franchir le passage du Nord-Ouest de l'Ouest vers l'Est, de 1940 à 1942, pour la deuxième traversée de l'histoire. Il franchit le détroit de Bellot et se ravitailla à Fort Ross, un poste de la Compagnie de la baie d'Hudson situé à l'entrée Est du détroit. Il fut aussi la première personne à franchir le passage dans les deux sens, car en 1944, il revint dans son sillage pour refranchir le passage à nouveau, cette fois en une seule saison, ce qui ne s'était jamais fait, évidemment.


En repassant le détroit de Bellot, le commandant Dugal m’offre d’accompagner Cameron et Kristen, les observateurs de glace, qui vont faire une patrouille avant notre passage. Le survol du détroit nous indique que la barrière de glace qui était à l'Est, la semaine passée, a commencé à s'infiltrer à l'intérieur.


Nous profitons de l'occasion pour aller voir si nous avons une réponse à notre message de 2017. Le facteur est bel et bien passé. Toutefois, non seulement nous n'avons pas de réponse mais en plus, le facteur est parti avec la boîte aux lettres. Le cairn de roches est bien en place, mais notre bouteille de métal n'est plus là … et il n'y a rien pour la remplacer.


Le cairn de l'île Halfway, détroit de Bellot.

Comme je n'avais pas pensé à cette éventualité, je n'ai rien pour mettre mon nouveau message. Je ne peux quand même pas laisser seulement un bout de papier sous une roche.


Au retour sur l'Amundsen, je m'empresse de manger pour aller peindre à la proue du navire. Il fait -1 °C, sans le facteur de refroidissement éolien. Pour donner une chance à l'aquarelle, j'ai mis quelques gouttes de gin dans l'eau. Ça a bien fonctionné même s'il en aurait fallu un peu plus.


Être sur le pont, entendre la coque du navire frapper la glace à quelques mètres sous mes pieds, sentir le vent, tout en peignant. Cette page de mon carnet aura une grande valeur car en la regardant, j'y verrai peut-être quelques pigments cristallisés par le froid.


Nous passons sous le promontoire de l’île Halfpoint. J’ai une pensée pour le cairn de roches à son sommet. Un cairn, qui contrairement à celui de Zenith Point ou celui du Fort Ross, ne figure pas sur les cartes. Pendant quelques années, trois tout au plus, notre passage aura laissé une trace. Trois ans c’est bien assez. L’humain laisse trop souvent sa trace un peu partout, comme si son passage était important, alors que la nature, souvent meurtrie par celui-ci, se fout bien de son arrogance.


À bien y penser, c’est une bonne chose de ne pas avoir trouvé notre contenant métallique. Celui qui a pris notre gourde métallique rouge à l’effigie du 150e anniversaire du Canada, a rendu un grand service au promontoire du détroit de Bellot. Il lui a redonné sa souveraineté et une part de mystère. Il nous a aussi donné une leçon d’humilité.


Avec l’aide de Daniel, un cartographe à bord, nous avons réalisé un film sur cette troisième traversée du détroit où j’ai peint sur le pont. Daniel étant aussi musicien et il m’a fait l’honneur de me laisser utiliser une de ses compositions pour le film. Alors, voici!

Mettez le film en plein écran et montez le son.

N.B. À regarder jusqu’à la toute fin. Il y a des séquences surprises.



~~~~~

Adhérant au "code de l'aventure responsable", je ne géolocalise pas avec précision les endroits que j'explore, sauf en quelques rares exceptions comme mes voyages en Arctique ou lors d'une référence historique pertinente.


Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre "Carnets de terrain" (si vous recevez déjàune notification par courriel des publications du blogue, c'est que vous êtes déjà inscrits).

En cliquant sur Inscription, dans le menu en haut de la page, vous pourrez vous inscrire aux "Carnets de terrain". Vous recevrez périodiquement, par courriel, des nouvelles de l'atelier, des mises à jour sur mes projets et des exemples de ce sur quoi j'aurai travaillé dans le mois.


~~~~~

Textes, dessins et Photos © Marc-André Pauzé – tous droits réservés.