• Marc-André Pauzé

Le dernier thé

Mis à jour : juil. 2


Fin novembre 2016 —Le vol de retour de l'Arctique se passe bien malgré la neige. Je suis heureux d’avoir revu la toundra après une absence de 2 ans. Lors de l’escale à Rouyn-Noranda, un message s’affiche sur l’écran de mon téléphone. C’est ma mère qui me dit de rappeler dès que possible. Mon père âgé de 90 ans, attends impatiemment mon retour, car il a de la difficulté à respirer depuis la veille. Je pose quelques questions et avec les informations que ma mère me fournit, je lui demande d’appeler ma sœur et l’ambulance. Pendant quelques jours à l’hôpital, il continue d’analyser et d’être critique envers notre système de santé de moins en moins préoccupé par l’humain. Il le fait avec son cynisme et ses jeux d’esprit habituels. Il est hospitalisé sur l’unité de cardiologie où mon ex-conjointe travaille. Il se sent en sécurité et bien entouré. Toute la famille passe le voir à tour de rôle. Enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. Il raconte des anecdotes sur l’enfance de chacun, comme pour être certain qu’elles se fixent dans nos mémoires.

"Dites-moi docteur, est-ce que placer un vieillard de 90 ans près de la porte des ambulances qui ouvrent toute la nuit et où on gèle, c'est ça qu'on appelle l'aide médicale à mourir?"

(Mon père, couché sur une civière à l'urgence)

Il est difficile d’imaginer qu’il arrive au bout de son chemin. Il était très en forme malgré son âge avancé, bien qu’il ait perdu un peu de sa vitalité dans la dernière année. Il était venu chez moi prendre le thé quelques jours avant que je m’envole pour le Nord, en conduisant lui-même sa voiture.



Moi et mon père (1962)

Mardi 6 décembre. Je passe la journée avec lui. Je lui donne son bain et lui trouve un beau fauteuil inclinable. Bien installé, il pourra observer les activités du département où bien du monde le connaît. C’est que j’y ai travaillé et enseigné pendant plus de 20 ans. Nous jasons. Je lui demande s’il a peur. Il me dit que non, mais qu’il est épuisé et qu’il est inquiet que ma mère ne soit pas capable de prendre soin de lui, à son retour à la maison. Je passe aussi du temps à juste le regarder roupiller dans son fauteuil. À son réveil, il est heureux que je sois encore là. « Tu sais que je suis très fier de toi et que j’ai une grande confiance en toi. » Il me regarde avec intensité malgré l’expression d’épuisement sur son visage. Mon père est d’une génération de défricheur qui a grandi pendant la grande dépression des années 30. Une époque dure. Il en a gardé une rigueur et il est rare qu’il fasse des compliments. Il sourit et me dit qu’il respire mieux, qu’il a l’impression que ses poumons reprennent leur place et qu’il n’a plus un poids de plomb sur le thorax. Ce soir-là, il s’est endormi heureux et s’est éteint paisiblement dans son sommeil.

~~~~~~

Nous avions une relation complexe et émotive. À cause d'une maladie, j'ai eu la chance de passer sa dernière année de vie avec lui et nous avons trouvé les mots, ceux qui sont importants pour un père et son fils. Aujourd'hui c'est la fête des pères. Bonne fête à tous les pères.

Photo: Nathalie Sentenne

#souvenirs #monpère #croquis #carnetdefamille

~~~~~

Textes, photos et illustrations: © Marc-André Pauzé – tous droits réservés. En cliquant sur Inscription, vous pourrez vous inscrire aux "CARNETS DE TERRAIN". Vous recevrez par courriel des nouvelles de l'atelier ou directement du terrain (quand cela sera possible), des mises à jour sur mes projets, des dessins, aquarelles et photos.






263 vues
Marc-André Pauzé | Dessinateur-voyageur | Photographe | Auteur | info@marcpauze.net
  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon