Le cercle arctique

Dernière mise à jour : août 1


*Click here for the English version of the blog. Please note that sometimes there is a delay of 5 to 10 minutes between the publication of the French post and the English one.


30 juillet —Au réveil, je sors sur le pont. L’air est frisquet. Il fait 2˚ C. D’ailleurs une odeur de glace flotte dans l’air. Quelques icebergs nous encerclent. À 14 h nous franchissons le cercle arctique. Situé à 66°33′48.7″ au nord de l'Équateur, le cercle polaire est la latitude la plus méridionale de l'hémisphère nord à laquelle le centre du soleil peut rester continuellement au-dessus de l'horizon pendant vingt-quatre heures au solstice d'été, et au-dessous de l'horizon au solstice d'hiver.


Voilà, nous sommes bien en Arctique.

Mais qu’est-ce qui définit réellement l’Arctique? Selon les intérêts et les considérations, plusieurs critères peuvent être invoqués pour délimiter ce qu’est l’Arctique.

  • Le cercle arctique

  • La zone délimitée par une température moyenne inférieure à 10˚ C, pendant le mois de juillet.

  • La limite du pergélisol

  • La limite des arbres

  • La présence des peuples autochtones arctiques (Inuits, Samis, Samoyèdes, etc.)

Avec les changements climatiques, le territoire où on retrouve la présence de pergélisol, la zone avec une température moyenne inférieure à 10˚ C et la limite des arbres risquent de changer.


Pour l’heure, nous avons franchi l’ultime démarcation. Peu importe le système de référence, quand on est au-delà du cercle arctique, on est bien en Arctique. La présence du jour polaire ou de la nuit polaire demeure le signe distinctif dans l’imaginaire des humains.

Ainsi, en 1597, l’explorateur hollandais William Barents fut contraint d’hiverner avec son équipage, dans des conditions polaires affreuses. Son navire s’était pris dans les glaces au nord de la pointe extrême de la Nouvelle-Zemble, en Russie. C’est dans la nuit polaire qu’ils attendirent le retour du soleil dans la plus profonde angoisse.

Le soleil leur apparut finalement 12 jours plus tôt que prévu. Ils attribuèrent sa venue précoce à une intervention divine et reprirent courage.

Maintenant, on sait que ce qu’ils virent n’était pas le soleil, mais un phénomène de mirage appelé l’effet Novya Zemlya et qu’il est assez fréquent en Arctique. Ce phénomène est caractérisé par le fait que le soleil peut rester visible malgré qu’il soit à quelques degrés sous la ligne d’horizon, par un effet de réfexion.

Comme quoi, la nature n’a que faire des définitions humaines.

~~~~~

Vous appréciez ces petits billets de l'expédition AMUNDSEN SCIENCE / NGCC AMUNDSEN? Veuillez noter que les billets de l'expédition 2021 resteront tous en ligne jusqu'au retour du navire, au début novembre. Ensuite, seulement quelques-uns seront en ligne. Dépêchez-vous à lire ceux que vous avez manqués.


Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre "Carnets de terrain" (si vous recevez déjàune notification par courriel des publications du blogue, c'est que vous êtes déjà inscrits).


En cliquant sur Inscription, dans le menu en haut de la page, vous pourrez vous inscrire aux "Carnets de terrain". Vous recevrez périodiquement, par courriel, des nouvelles de l'atelier, des mises à jour sur mes projets et des exemples de ce sur quoi j'aurai travaillé dans le mois.

~~~~~

Textes, dessins et Photos © Marc-André Pauzé – tous droits réservés



138 vues