• Marc-André Pauzé

L’aventure de Frobisher


Ancienne station de radar de NORAD sur l'île Résolution

28 juillet 1576 - Après avoir contourné le Groenland, essuyé une forte tempête en mer du Labrador où il perdit un navire, qu’un autre décida de rebrousser chemin et rentrer en Angleterre, Martin Frobisher arriva en vue des falaises de l’île Résolution, par 61˚ 35' N et 65˚ 00' W. 

Il était parti sous les au revoir polis de la reine Elizabeth, un mois plus tôt, dans le but de découvrir par le Nord, un passage vers la Chine. C’était la première tentative de trouver le passage du Nord-Ouest. Bloqué par les glaces qui l’empêchaient de pousser plus loin à l’Ouest, il dut faire escale au pied des falaises de l’île Résolution. Pendant son arrêt sur l'île, un marin rapporta une pierre noire à bord. Ce petit bout de roche fut à l’origine d’un événement qui faillit changer le cours de l’histoire de la colonisation de l’Amérique.


À son retour en Angleterre, une analyse faite par un alchimiste aux compétences douteuses révéla que la pierre contenait de l’or. Frobisher, beaucoup plus enclin à s’enrichir qu’à remplir sa mission première de trouver le passage du Nord-Ouest, monta une 2e expédition qui avait pour but la recherche de minerai d’or. 

Il s’activa pendant quelques semaines sur une petite île où il trouva un gisement de la même roche noire. Il revint l’année suivante avec une flotte de 15 navires et plus de 400 marins, soldats et mineurs. Après s’être égaré dans ce qui était en fait le détroit de l’Hudson, entre le Québec et la Terre de Baffin — Frobisher était un navigateur médiocre et pratiquement illettré — il fit construire quelques maisons et ateliers sur la petite île qui était censée devenir la première colonie anglaise en Amérique. 

Mais à son retour en Angleterre, on découvrit que ce n’était pas de l’or et Frobisher perdit les faveurs de la reine. Ce n’est que 10 ans plus tard que les Anglais firent la prochaine tentative d’établir une colonie, dans ce qui est aujourd’hui la Caroline du Nord.

L’île dont la position ne fut pas enregistrée, tomba dans l’oubli jusqu’à ce que, 300 ans plus tard, un explorateur américain, Charles Francis Hall, partit à la recherche de Franklin, se fit raconter par des Inuits, l’histoire d'un homme blanc qui creusait la terre.  Ils l’emmenèrent à la petite île où on lui montra les traces des mines et les vestiges des constructions de l’expédition de Frobisher. Comme quoi les archives de la tradition orale des Inuits étaient meilleures que celles, écrites, des Anglais.

Première semaine d’octobre 2020 - Toujours dans notre mission de cartographie sous-marine, nous faisons d’innombrables allers-retours dans l’entrée de la baie, non loin de la petite île où Frobisher croyait avoir trouvé de l’or.


À la sortie de la baie, au travers de la brume de mer, on voit les falaises de l'île Résolution où 400 ans après le passage de Frobisher, les forces armées américaines et canadiennes ont installé, pendant la guerre froide, une station de radar maintenant désaffectée.


~~~~~


Vous appréciez ces petits billets de l'expédition AMUNDSEN SCIENCE / NGCC AMUNDSEN?

Tous les billets de la série se retrouvent ici. Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre "Carnets de terrain" (si vous recevez déjà une notification par courriel des publications du blogue, c'est que vous êtes déjà inscrits).

En cliquant sur Inscription, dans le menu en haut de la page, vous pourrez vous inscrire aux "Carnets de terrain". Vous recevrez périodiquement, par courriel, des nouvelles de l'atelier, des mises à jour sur mes projets et des exemples de ce sur quoi j'aurai travaillé dans le mois.

~~~~~

Textes, dessins et Photos © Marc-André Pauzé – tous droits réservés.

Marc-André Pauzé | Dessinateur-voyageur | Photographe | Auteur | info@marcpauze.net
  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon