• Marc-André Pauzé

Aisikuliiq


Kangiqsujuaq, Janvier 2012 - Nous avions décidé de traverser le fjord sur la glace pour nous rendre aux falaises d’en face, situées à six kilomètres. Nous sommes partis très tôt ce matin-là et avançant d’un bon pas sur la banquise gelée, nous sommes arrivés en vue des amas de glace laissés par les marées montantes et descendantes, au pied des falaises. La baie de Wakeham est reconnue pour ses fortes marées qui, à cette période de l’année ont plus de sept mètres. Nous nous sommes arrêtés à quelques pas de cet enchevêtrement de blocs de glace, certains gros comme des autobus et étions à admirer la magnifique paroi rocheuse qui s’élevait au-dessus de nous, quand soudain la glace vibra sous nos pieds accompagnés d’un puissant vrombissement qui n’en finissait plus de se propager. La barrière de glace enchevêtrée s’est écroulée lentement sous l’énormité de son poids, telle un jeu de domino géant, de la droite vers la gauche sur quelques centaines de mètres.


Ça m'a prit quelques secondes pour réaliser ce qui se déroulait devant nos yeux. La marée descendante avait laissé un énorme vide sous la banquise. Les amas de glace dans les zones de compression et au-dessus des cavernes ainsi créées étaient en équilibre précaire les uns sur les autres. Il ne fallu qu’un seul de ces blocs se déplace pour qu’un effondrement en chaîne s’en suive. Et tout ça s'est déroulé à quelques mètres de nous.


La banquise de l'Arctique produit des structures de glace aux formes variés et imposantes dans les zones de compression comme les rivages. Les vents, les courants et les chocs avec les icebergs dérivants (sur la mer) font bouger la banquise, la fracturent, la compriment et créent des fissures, des canaux, des failles, des crêtes de compression, des chevauchements de plaques, etc.


Au Nunavik, les Inuits appellent la glace d'un terme général "sikuup", mais ils ont des mots pour différentes descriptions relatives à la glace. Ainsi, le mot "Ivujivik", qui a donné son nom à un village de la côte de l'Hudson, signifie « glace qui s'empile et s'entremêle (surtout le long du rivage) ». Mais cette même description a aussi un autre nom utilisé à Kangiqsualujjuaq et probablement dérivé du premier; "ivunik".


"Les langues inuites sont agglutinantes, ce qui signifie que les mots sont composés d’un radical qui donne le sens premier, mais aussi que d’autres éléments (les affixes) peuvent être ajoutés pour préciser et/ou modifier ce sens. Donc, même si les Inuits n’ont pas plusieurs «mots» tel que NOUS l’entendons, leurs langues sont suffisamment souples pour leur permettre d’exprimer tout leur savoir sur les variations multiples de la neige et de la glace." - Blogue de l'Encyclopédie Canadienne


Au printemps, la partie flottante de la banquise se fracture aussi, créant d'immenses fissures. J'ai été témoin de ce phénomène lors d'une autre excursion. Cette fois j'étais en sécurité sur une montagne surplombant la baie de la rivière George, à quelques kilomètres de Kangiqsualujjuaq. Une famille d'Inuits rencontrée plus tôt négociait son passage sur la banquise afin de rejoindre des territoires de chasse éloignés du village. Après avoir franchi le "ivunik", le chasseur s'arrêta pour scruter la surface de la banquise et y déceler des zones sécuritaires pour passer. Les indices semblaient peu évidents, mais les nuances de glace et les jeux d'ombres à sa surface avaient peu de secrets pour lui. Au bout d'un moment, il a démarré sa motoneige et il s'est engagé sur la banquise en dessinant un tracé aux lignes serpentantes, suivi de sa femme et de son fils.

Crevasse sur la banquise (à gauche)

Environ une heure après son passage, nous étions sur le sommet d'une montagne quand un craquement intense monta de la baie. Nous avons vu une fracture se dessiner à la surface de la banquise et couper une bonne partie de la baie en deux...



~~~~~

Textes, photos et illustrations: © Marc-André Pauzé – tous droits réservés.


En cliquant sur Abonnement, vous pourrez vous inscrire aux "CARNETS DE TERRAIN". Vous recevrez par courriel des nouvelles de l'atelier ou directement du terrain (quand cela sera possible), des mises à jour sur mes projets, des dessins, aquarelles et photos.

Marc-André Pauzé | Dessinateur-voyageur | Photographe | Auteur | info@marcpauze.net